CENTRE DE FORMATION LUCAS

43 rue Louis Pasteur - 29390 SCAER

02 98 57 64 40

Afficher l’image source

 

PERMIS TAXI

 

 

1 – FORMATION INITIALE – LE CCPCT

 

 

2- FORMATION CONTINUE :

 

                   Réactualisation des connaissances des conducteurs taxi

 

                        Formation à la mobilité

 

 

 

1 - FORMATION INITIALE – LE CCPCT

Certificat de Capacité Professionnelle de Conducteur Taxi

 

Qualités requises

Pour être chauffeur de taxi, il faut bien entendu être détenteur du permis B. La circulation routière dans les grandes villes peut être stressante : le chauffeur de taxi doit rester calme, même lorsqu'il conduit dans des conditions difficiles (embouteillages, clients pressés, saouls ou agressifs...). Il doit avoir le sens du service : de la courtoisie et un maintien soigné sont requis. Il est en outre responsable de la sécurité de ses passagers. Il faut être en bonne condition physique pour pouvoir travailler en horaires décalés (tard le soir ou tôt le matin, travail le week-end et les jours fériés, services de nuit). La plupart des taxis sont aujourd'hui équipés d'un GPS. Cependant, une bonne connaissance de la ville est nécessaire. Enfin, la maîtrise de l'anglais, est apprécié.

 

La profession de chauffeur de taxi est réglementée, c'est-à-dire que pour l'exercer, il faut remplir plusieurs conditions : ne pas avoir fait l'objet de certaines condamnations, avoir obtenu la carte professionnelle après l'examen du certificat de capacité professionnelle et suivre la formation continue obligatoire. Un taxi est limité à 8 places assises au maximum (plus celle du chauffeur).

 

INCOMPATIBILITÉ

Pour être chauffeur de taxi, il ne faut pas avoir fait l'objet d'une condamnation figurant au bulletin n°2 de son casier judiciaire :

d'une condamnation définitive pour un délit sanctionné par un retrait de 6 points du permis de conduire : par exemple conduite en état d'ivresse ou après usage de stupéfiants, excès de vitesse de plus de 50 km/h, blessures involontaires ;

d'une condamnation définitive pour conduite d'un véhicule sans permis correspondant à sa catégorie, ou malgré l'annulation, l'invalidation du permis, l'interdiction de l'obtenir ou pour refus de le restituer après annulation ou invalidation ;

d'une condamnation définitive par une juridiction française ou étrangère à une peine criminelle ou correctionnelle d'au moins 6 mois d'emprisonnement pour vol, escroquerie, abus de confiance, atteinte volontaire à l'intégrité de la personne, agression sexuelle ou infraction à la législation sur les stupéfiants ;

d'un retrait définitif de la carte professionnelle de conducteur de taxi, dans les 10 ans qui précèdent la demande d'inscription à l'examen ;

d'une exclusion pour fraude à l'examen du certificat de capacité professionnelle, dans les 5 ans qui précèdent la demande d'inscription à l'examen.

 

CERTIFICAT DE CAPACITÉ PROFESSIONNELLE

Pour obtenir la carte professionnelle de chauffeur de taxi, il faut réussir l'examen du certificat de capacité professionnelle.

depuis le 1er janvier 2017, les examens permettant d'évaluer les conditions d'aptitudes pour devenir conducteur de taxi sont organisés par les chambres des métiers et de l'artisanat.

Conditions d'inscription à la chambre des métiers :

Pour pouvoir s'y inscrire, il faut remplir toutes les conditions suivantes :

être titulaire du permis de conduire de la catégorie B en cours de validité et dont le nombre maximal de points n'est pas affecté par le délai probatoire ;

être reconnu apte par un médecin agréé ;

avoir un casier judiciaire (bulletin n°2) ne comportant aucune des condamnations incompatibles avec l'exercice de la profession.

Documents à fournir :

Le dossier d'inscription à l'examen organisé par la Chambre des Métiers doit comporter :

une demande d'inscription à l'examen à la date souhaitée ;

une photocopie recto-verso de la carte nationale d'identité ou du passeport en cours de validité ;

pour les étrangers ressortissants d'un État non membre de l'Union européenne, l'autorisation de travail ;

un justificatif de domicile de moins de 3 mois ;

une photocopie recto-verso du permis B ;

une photographie d'identité récente ;

la signature du candidat ;

le paiement des droits d'examen ;

pour les candidats reconnus admissibles depuis moins de 3 ans, une attestation de réussite à l'épreuve d'admissibilité.

Les formalités d'inscription des candidats s'effectuent sur une plate-forme dédiée accessible par un lien à partir du site internet de chaque Chambre des Métiers :

Les candidats doivent communiquer les informations suivantes :

identité ;

adresse (postale et de messagerie) ;

téléphone ;

spécialité : taxi.

Nature des épreuves

L'examen comprend plusieurs épreuves sur des sujets divers : réglementation du transport public particulier de personnes, sécurité routière, gestion, réglementation locale, épreuve de conduite, le français et l'anglais.

L'examen est constitué de 2 phases :

épreuve d'admissibilité : Réglementation du transport Public Particulier de Personnes (T3P), gestion, sécurité routière, français, anglais ;
et (spécifique à l'activité de taxi) : connaissance du territoire et de la réglementation locale, réglementation nationale de l'activité taxi et sur la gestion propre à cette activité ;

épreuve d'admission : comprend une phase de conduite en circulation d'une durée minimum de vingt minutes, la préparation et la réalisation du parcours, sécurité et la souplesse de la conduite et le respect du code de la route, qualité de la prise en charge et de la relation client ainsi que la capacité à apporter des informations à caractère touristique, facturation et l'utilisation des équipements spéciaux.

 

CARTE PROFESSIONNELLE

En cas de succès à l'examen, le préfet délivre au candidat, dans les 3 mois suivant sa demande, une carte professionnelle qui précise le département dans lequel il peut exercer son activité.

Cette carte peut être retirée par le préfet en cas de non-respect de la réglementation.

Tout titulaire de cette carte doit la restituer à la préfecture dès lors qu'il cesse d'exercer.

Le chauffeur doit suivre tous les 5 ans un stage de formation continue de 14 heures dans un centre de formation agréé.

Le conducteur de taxi titulaire d'une carte professionnelle en cours de validité qui souhaite poursuivre son activité dans un autre département que celui dans lequel il a obtenu son examen doit suivre un stage de formation à la mobilité de 14 heures dans un centre agréé.

Le conducteur de taxi souhaitant poursuivre l'exercice de son activité dans la zone des taxis parisiens doit suivre un stage de formation à la mobilité. Ce stage est dispensé en présentiel au sein d'un centre de formation agréé situé dans la zone des taxis parisiens.

 

2 - FORMATION CONTINUE

 

Réactualisation des connaissances de conducteur taxi

Le métier évoluant, l’objectif est d’être capable d’améliorer et de moderniser la formation conducteur taxi.

Cette formation est quinquennale et permet le maintien de la carte professionnelle.

 

La formation continue obligatoire prévue à l’article R. 3120-8-2 du code des transports permet la mise à jour des connaissances essentielles pour la pratique de l’activité de conducteur de taxi.

Ce stage comporte quatorze heures de formation, fractionné en deux périodes de sept heures au cours d’une période de deux mois maximums, et est dispensé en présentiel au sein d’un centre de formation agréé en application de l’article R. 3120-9 du code des transports.

Chaque session de formation est organisée spécifiquement par des conducteurs de taxi.

La formation comporte plusieurs modules d’approfondissement obligatoires :

  • -          Droit du transport public particulier de personnes,

  • -          Réglementation spécifique à l’activité taxi,

  • -          Sécurité routière,

  • -          Gestion et développement commercial, dont l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

A l’issue du stage de formation continue, une attestation de suivi de la formation continue, signée et datée par le représentant légal du centre de formation, est remis.

 

Formation à la mobilité

Acquérir les connaissances sur la règlementation locale du transport de personnes et connaissance du territoire.

 

Tout conducteur taxi justifiant de deux ans d’activité et souhaitant poursuivre l’exercice de son activité dans un autre département que celui dans lequel il a obtenu son examen est tenu de suivre un stage de formation à la mobilité qui comporte quatorze heures de formation, et qui est dispensé en présentiel au sein d’un centre de formation agréé en application de l’article R. 3120-9 du code des transports situé dans le département au sein duquel il souhaite poursuivre son activité.

La formation comporte plusieurs modules d’approfondissement obligatoire :

  • -          Connaissance du territoire,

  • -          Réglementation locale

    • A l’issue du stage de formation à la mobilité, une attestation de suivi de la formation à la mobilité, signée et datée par le représentant légal du centre de formation est remis.

      Le conducteur devra le remettre au préfet du département dans lequel il a obtenu son examen et au préfet du département dans lequel le conducteur souhaite exercer son activité.

      Une autorisation d’exercice est délivrée par le préfet du département dans lequel le conducteur souhaite exercer son activité.